Un espoir pour traiter les Acouphènes


v2.0 / 2020



Cliquer ici pour entendre vos acouphénes

Shmuel Haggaï
Israel +972.054.64.85.357

France +33.1.77.50.32.55

Belgique +32.24.46.01.34


Aller sur le site Tomatis-israel.com

Oreille

ALes acouphènes sont très variés dans leur manifestation

Les acouphènes sont très variés dans leur manifestation: sons aigus, bourdonnements, bruits de cascade ou autres, et semblent affecter de plus en plus de personnes, tous âges confondus.

Les causes sont multiples et les mécanismes de l’acouphène sont encore peu connus.

Les découvertes du Dr Tomatis apportent une compréhension plus globale du fonctionnement de l’oreille et de son importance dans le maintien de l’équilibre physique et psychologique.

L’oreille est bien plus qu’un simple capteur de sons ! En travaillant sur les problèmes d’audition, le Dr Tomatis a mis en évidence l’importance des deux muscles de l’oreille moyenne.

Leur fonction est de protéger l’oreille des sons trop forts, mais aussi de “viser” les sons que nous désirons écouter tout en “coupant” les bruits ambiants non désirés.

BEcouter vos acouphènes

Bruit blanc + sifflements 8000 Hz (largeur de jupe : 1000 Hz)

cliquer sur l'image pour entendre l'acouphène


sifflements à 8000 Hz

Ecouter tous les autres acouphénes


CLa musculature de l’oreille moyenne

Toute situation d’écoute nécessite une véritable mobilisation de la musculature de l’oreille moyenne. Cependant il existe des circonstances qui peuvent compromettre le bon fonctionnement de l’oreille et nous pouvons identifier trois types de facteurs susceptibles de déclencher des acouphènes.

DUne altération du bon fonctionnement de l’oreille

Une altération du bon fonctionnement de l’oreille entraîne non seulement une difficulté à se protéger des bruits extérieurs mais aussi à couper les bruits internes.

Ces derniers sont les bruits internes de l’oreille elle-même, ceux des liquides de l’oreille interne et des mouvements incessants des molécules qui les constituent.

Ce sont aussi les bruits des mouvements qui induisent toute la cinétique. D’autre part, l’os est un excellent conducteur acoustique et il transporte ainsi les bruits du rythme cardiaque, de la respiration, de la mastication etc...

L’hypothèse du Dr Tomatis est que les acouphènes sont en grande partie la conséquence de l’impossibilité pour l’oreille de se protéger de ses propres bruits internes.

Grâce à ses découvertes, le Dr Tomatis a inventé un appareil électronique pour rééduquer l’oreille à écouter. Cet appareil joue sur la musculature de l’oreille avec l’aide de filtres qui alternativement mettent l’oreille au “repos” ou au “travail”. La musique (Mozart et chants Grégoriens) passe donc par ces filtres et opère une véritable gymnastique de l’écoute.

ENos blessures émotionnelles passées

Dans le même temps, cette thérapie psychosensorielle réduit le niveau de stress et d’anxiété, qui sont souvent des facteurs aggravants voire déclencheurs.

Depuis plusieurs décennies, de nombreuses personnes souffrant d’acouphènes ont été soulagées dans les centres appliquant les techniques du Dr Tomatis. Il est cependant rare que l’acouphène disparaisse totalement. En général, l’acouphène devient moins fort et moins intrusif, plus facile à “supporter”.

1Acouphènes

Les acouphènes sont des bruits « parasites » qu’une personne entend sans que ceux-ci existent réellement. Il peut s’agir de sifflements, de bourdonnements ou de cliquetis, par exemple. Ils peuvent être perçus dans une oreille ou dans les deux, mais aussi sembler présents à l’intérieur même de la tête, à l’avant ou à l’arrière. Les acouphènes peuvent être occasionnels, intermittents ou continus. Ils résultent d’un dysfonctionnement du système nerveux auditif. Il s’agit d’un symptôme pouvant avoir de nombreuses causes.

dB

2Acouphène temporaire

Un acouphène temporaire peut survenir après une exposition à une musique très forte, par exemple. Il se résorbe généralement sans intervention. Cette fiche est consacrée aux acouphènes chroniques, c’est-à-dire à ceux qui persistent et qui peuvent devenir extrêmement gênants pour ceux qui en sont atteints. Toutefois, dans la grande majorité des cas, les acouphènes n’ont pas de répercussions significatives sur la qualité de vie.

3Prévalence

En général, on estime que de 10 % à 18 % de la population souffre d’acouphènes. La proportion est de 30 % chez les adultes. De 1 % à 2 % de la population est gravement touchée.

Au Québec, environ 600 000 personnes seraient touchées par ce problème, dont 60 000 gravement. L’utilisation à large échelle de baladeurs et de lecteurs MP3 chez les jeunes fait craindre une augmentation de la prévalence à moyen terme.

4Types d'acouphènes

Il existe 2 grandes catégories d’acouphènes.

Les acouphènes objectifs. Certains d’entre eux peuvent être entendus par le médecin ou par le spécialiste consulté, car ils sont causés par des troubles qui, par exemple, rendent le flot sanguin plus audible. Ils peuvent aussi parfois se manifester par des « clics » répétés, parfois liés à des mouvements anormaux des muscles de l’oreille, que l’entourage peut entendre. Ils sont rares, mais généralement, la cause est identifiable et on peut alors intervenir et traiter le patient.

Les acouphènes subjectifs. Dans leurs cas, le son n’est audible que par la personne atteinte. Ce sont les acouphènes les plus fréquents : ils représentent 95 % des cas. Leurs causes et leurs symptômes physiologiques étant pour l’instant très mal cernés, ils sont beaucoup plus difficiles à traiter que les acouphènes objectifs. En revanche, on peut améliorer la tolérance du patient à ces bruits internes.

L’intensité des acouphènes varie d’un individu à l’autre. Certaines personnes sont peu atteintes et ne consultent pas. D’autres entendent des bruits en permanence, ce qui peut nuire à leur qualité de vie.

Note. Si on entend des voix ou de la musique, il s’agit d’un autre trouble, appelé « hallucination auditive ».

5Causes

Entendre des acouphènes n’est pas une maladie en soi. Il s’agit plutôt d’un symptôme très souvent lié à une perte d’audition. Selon l’une des hypothèses avancées par les spécialistes, ce serait un « signal fantôme » généré par le cerveau en réponse à un endommagement des cellules de l’oreille interne (voir la section Facteurs de risque, pour plus de détails). Une autre hypothèse évoque la dysfonction du système auditif central. Des facteurs génétiques pourraient être en cause dans certains cas.

Le plus souvent, les facteurs liés à l’apparition d’acouphènes sont :

Parmi les multiples autres causes possibles, on compte les suivantes :

6Évolution et complications possibles

Certains acouphènes se manifestent de façon très progressive : avant de devenir permanents, ils sont perçus de façon intermittente et seulement dans des endroits calmes. D’autres apparaissent brusquement, à la suite d’un événement particulier, comme un traumatisme sonore.

Les acouphènes ne sont pas dangereux, mais lorsqu’ils sont intenses et continus, ils peuvent devenir très dérangeants. En plus de provoquer insomnie, irritabilité et troubles de la concentration, ils sont parfois associés à la dépression.

Selon leur cause, les acouphènes peuvent s’accompagner d’une perte d’audition, de nausées, de somnolence, de vertiges, de douleur ou de l’impression persistante d’avoir un bouchon dans les oreilles.

Beaucoup de personnes atteintes souffrent aussi d’une intolérance aux bruits forts ou ont une perception forte ou douloureuse de sons perçus comme normaux ou faibles par des gens en bonne santé. On appelle ce trouble l’hyperacousie.

En général, les acouphènes sont moins gênants durant la journée, car ils sont « masqués » par d’autres bruits présents dans le milieu de travail ou à la maison. En revanche, ils sont plus perceptibles le soir et peuvent entraîner des troubles du sommeil chez de nombreuses personnes.

7Personnes a risque

- les personnes travaillant en milieu industriel;

- les camionneurs et tous ceux que leur profession oblige à utiliser souvent une automobile;

- les mécaniciens automobiles;

- les ouvriers de la construction;

- les soldats en zone de conflit;

- les musiciens;

- les habitants des villes ayant une forte densité de population;

- les personnes qui fréquentent régulièrement les discothèques, les boîtes de nuit, les salles de concert et les raves, ou qui écoutent de la musique à un volume élevé avec leur baladeur ou leur lecteur MP3;

8Les facteurs de risque d'acouphènes

Une exposition excessive au bruit. L’oreille interne est tapissée de quelques milliers de cellules auditives. Ces cellules sont fragiles et, une fois détruites, elles ne peuvent pas se régénérer. Celles-ci sont munies de cils vibratiles, dont la fonction est de transmettre la vibration sonore. Lorsque des sons de forte intensité sont perçus par l’oreille, ces cils s’abaissent avant de se redresser au bout d’un moment. Toutefois, une exposition régulière à un nombre trop élevé de décibels (dB) entraîne tôt ou tard des dommages permanents aux cellules auditives et à leurs cils vibratiles.

Il peut arriver aussi qu’une exposition unique à un son particulièrement violent (la détonation d’une carabine ou d’un pétard, par exemple) tout près de l’oreille provoque une atteinte irréversible des cellules auditives. Cela cause une atteinte auditive permanente et peut donc provoquer des acouphènes.

- de hautes doses d’acide acétylsalicylique (Aspirine®) ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène (Advil®, etc.);

- les antipaludéens, comme la quinine;

- Certains diurétiques, comme le furosémide (Lasix®, etc.);

- Divers médicaments utilisés en chimiothérapie;

- Certains antibiotiques.

Note. La résistance aux effets indésirables du bruit et des médicaments varie grandement d’une personne à l’autre.

Selon Santé Canada et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), une exposition continue à un bruit de 70 dB ou moins n’entraîne pas de perte d’audition1,2. Cependant, un niveau sonore ambiant dépassant 85 dB durant plus de 8 heures, tous les jours et durant plusieurs années, peut être dangereux pour l’ouïe. L’OMS précise également que « l’oreille d’un adulte peut supporter un niveau sonore occasionnel allant jusqu’à 140 dB, mais dans le cas d’un enfant, cette exposition ne devrait jamais dépasser 120 dB ».

9Les décibels

L’échelle des décibels (dB) est logarithmique et non arithmétique. Ainsi, une hausse de 3 dB fait doubler le niveau sonore, et une hausse de 10 dB le multiplie par 10.

dB

10Mesures préventives de base

Attention au bruit. Éviter de s’exposer inutilement et trop souvent à des volumes sonores très élevés ou même moyennement élevés. Au besoin, utiliser des boules Quies®, des coquilles protectrices ou des bouche-oreilles en mousse, que ce soit au travail, en avion, durant un concert rock, en utilisant des outils bruyants, etc.

Attention à certains médicaments. Éviter de prendre de façon prolongée de hautes doses d’anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’acide acétylsalicylique (Aspirine®, par exemple) et l’ibuprofène (Advil®, etc.). Voir plus haut la liste partielle des médicaments potentiellement toxiques pour les oreilles (ototoxiques). En cas de doute, s’informer auprès de son pharmacien ou de son médecin.

Mesures pour prévenir l’aggravation

Éviter les endroits très bruyants.

Déterminer les facteurs aggravants. L’alcool, la caféine ou le tabac augmentent les acouphènes de certaines personnes. Les aliments très sucrés ou les boissons contenant de faibles quantités de quinine (Canada Dry®, Quinquina®, Brio®, Schweppes®, etc.) peuvent avoir cet effet sur d’autres individus. Ces facteurs aggravants varient d’une personne à l’autre.

Réduire et gérer son stress. Pratiquer la relaxation, la méditation, le yoga, une activité physique, etc., permet de réduire le stress et l’anxiété, qui sont à la fois des conséquences et des éléments aggravants des acouphènes.

Éviter le silence absolu en cas d’hyperacousie. Lorsqu’on souffre de cette intolérance aux bruits forts, il est préférable de ne pas rechercher le silence à tout prix ni de porter des bouchons d’oreille, car cela peut rendre le système auditif encore plus sensible, donc diminuer le seuil d’inconfort.

11Mesures pour prévenir les complications

Se soumettre à un suivi médical régulier en cas d’acouphènes graves. Lorsque les acouphènes sont forts et constants, ils peuvent devenir intolérables et mener à la dépression. Il est donc important de consulter un médecin pour obtenir une prise en charge adéquate.

12Les traitements médicaux des acouphènes

Comme les acouphènes ont des origines très diverses, il n’existe pas de traitement unique. En règle générale, les acouphènes sont difficiles à traiter, mais il existe des méthodes offrant de bons résultats.

13Médicaments

Si les acouphènes sont causés par une perte d’audition ou par des dommages auditifs consécutifs à une exposition excessive au bruit, il n’existe, pour l’instant, aucun traitement spécifique. Différents médicaments ont été utilisés (des vasodilatateurs, du baclofène, de la cinnarizine, des benzodiazépines comme le clonazepam), mais la plupart ont plus d’effets indésirables que d’effets positifs.

Dans certains cas particuliers, des médicaments visant à contrôler le stress ou la dépression (comme l’amitriptyline) peuvent être prescrits avec de bons résultats.

Des personnes ont obtenu un certain soulagement avec des suppléments de niacine (vitamine B3), mais le résultat est imprévisible (à prendre sous supervision médicale seulement).

Des injections de corticostéroïdes (dexaméthasone) à travers le tympan peuvent également être efficaces dans certains cas.

Le médecin pourra proposer divers médicaments, mais sans aucune garantie d’efficacité.

14Masquage de l’acouphène

Le générateur de sons blancs. Cet appareil diffuse, dans l’oreille atteinte, un « son blanc » (un bruit similaire à celui produit par un appareil radio syntonisé entre 2 stations) à un faible volume. Ce son masque l’acouphène et réduit les inconvénients chez le patient. Cet appareil ressemble à une prothèse auditive; un audiologiste peut en fournir un. Les générateurs de sons blancs sont recommandés aux patients dont l’audition est normale ou presque normale;

La prothèse auditive. L’utilisation d’une prothèse auditive peut réduire l’inconfort de certains patients souffrant d’une perte légère ou modérée de l’ouïe en rendant leurs acouphènes moins audibles. Lorsque la prothèse est insuffisante, ils peuvent aussi recourir à un générateur de sons blancs.

Éviter le silence complet

À la maison, le bruit d’un ventilateur, une musique douce ou un autre bruit ambiant peuvent masquer partiellement les acouphènes.

La plupart des personnes souffrant d’acouphènes sont particulièrement incommodées au moment du coucher à cause de l’absence de bruit. L’utilisation d’une radio à faible volume placée sur une table de nuit peut masquer suffisamment les acouphènes. Un réveil analogique, qui émet un « tic-tac », peut aussi aider, ainsi que le grésillement d’une radio réglée sur une fréquence ne correspondant à aucune fréquence d’émission.

15Thérapies et techniques

Thérapie acoustique d’habituation (TAH). Cette approche, mise au point par un spécialiste américain (Jastreboff), est souvent mentionnée sous son nom anglais : Tinnitus Retraining Therapy (TRT). Elle comprend des rencontres thérapeutiques permettant à la personne atteinte de mieux vivre avec ses acouphènes. On lui explique le mécanisme des acouphènes et l’influence des facteurs émotionnels, on lui apprend des techniques de relaxation et de diversion de l’attention, etc. Il s’agit, entre autres, de reprogrammer son cerveau afin qu’il filtre les sons de façon sélective. Le but est que la personne entende seulement les sons utiles et ignore les sons inutiles.

La TAH inclut aussi une exposition au bruit pour éviter le silence, ainsi que le port, selon le cas, d’un générateur de sons blancs ou d’une prothèse auditive. Cette thérapie s’étale sur 18 mois environ et inclut autour de 16 heures de suivi personnalisé. Celui-ci est idéalement offert par une équipe multidisciplinaire comprenant un otorhinolaryngologiste, un audiologiste et un ergothérapeute. En 2010, une étude clinique menée auprès de 123 patients a conclu que la TAH était plus efficace que le masquage des acouphènes.

Thérapie cognitivo-comportementale. Cette approche psychologique peut améliorer de façon marquée la qualité de vie d’une personne souffrant d’acouphènes. Elle repose sur des techniques de relaxation, de visualisation et de diversion de l’attention, et sur un remodelage des pensées et des croyances au sujet des acouphènes. Des chercheurs suédois ont même obtenu un certain succès auprès de sujets participant à un programme de thérapie cognitivo-comportementale offert sur Internet5. La durée du traitement est généralement de 3 mois. La thérapie cognitivo-comportementale peut être complétée par une thérapie par le bruit : il s’agit d’éviter le silence, de porter un générateur de sons blancs, de s’assurer de maintenir un bruit ambiant, etc. D’après une méta-analyse publiée en 2010, la thérapie cognitivo-comportementale ne permet pas de réduire la « force » des acouphènes, mais elle est efficace contre la dépression et améliore la qualité de vie.

Traitement expérimental : stimulation magnétique transcranienne (SMT). Cette technique est notamment utilisée pour soigner la dépression majeure chez des personnes qui ne répondent pas aux traitements habituels. Une impulsion magnétique indolore est transmise à travers le crâne. Dans le cas des acouphènes, on cherche à diminuer l’activité des neurones dédiés à l’audition en utilisant une technique de stimulation particulière.

Éviter l’isolement. Faire partie d’un groupe de soutien (voir plus bas) et maintenir un réseau amical et social permet de réduire l’anxiété et la dépression et d’éviter l’isolement.

Bibliographie

Ask DrWeil, Q & A Library- Natural Cures for Ringing in the Ears? DrWeil.com. [Consulté le 3 février 2011]. www.drweil.com

Association France Acouphènes. Acouphènes – Guide à l’usage des personnes atteintes de sifflements ou bourdonnements d’oreille et de leurs proches, Éditions Josette Lyon, France 2006.

Association médicale du Canada (Ed). Grand public, Maladies - Les acouphènes, Amc.ca. [Consulté le 3 février 2011]. www.cma.ca

Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail - Bruit en milieu de travail - Notions de base, CCHST [Consulté le 3 février 2011] www.cchst.ca

Ernst E (Ed). The Desktop Guide to Complementary and Alternative Medicine : an evidence-based approach, Mosby Elsevier, 2006.

InteliHealth (Ed). Health A-Z - Tinnitus, Aetna Intelihealth. [Consulté le 3 février 2011]. www.intelihealth.com

Mayo Foundation for Medical Education and Research (Ed). Diseases & Conditions - Tinnitus, MayoClinic.com. [Consulté le 3 février 2011]. www.mayoclinic.com

National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 3 février 2011]. www.ncbi.nlm.nih.gov

Natural Standard (Ed). Condition Center - Tinnitus, Nature Medicine Quality Standards. [Consulté le 3 février 2011]. www.naturalstandard.com

Santé Canada. Votre santé et vous, Vie saine- Votre santé et vous - Environnement Perte auditive et bruit associé aux loisirs, Santé Canada. [Consulté le 3 février 2011]. www.hc-sc.gc.ca

The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Conditions - Tinnitus, ConsumerLab.com. [Consulté le 3 février 2011]. www.consumerlab.com

Notes

1. Santé Canada. Vie saine - Votre santé et vous - Environnement Perte auditive et bruit associé aux loisirs, Santé Canada. [Consulté le 3 février 2011]. www.hc-sc.gc.ca

2. Organisation mondiale de la Santé. Environmental health information - Aide-mémoire N°258 – Le bruit au travail et le bruit ambiant, OMS. [Consulté le 17 juin 2008]. www.who.int

3. Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail - Bruit en milieu de travail - Notions de base, CCHST [Consulté le 17 juin 2008] www.cchst.ca

4. Martinez Devesa P, Waddell A et al. Cognitive behavioural therapy for tinnitus. Cochrane Database Syst Rev. 2007 Jan 24;(1):CD005233. Review.

5. Andersson G, Stromgren T, et al. Randomized controlled trial of internet-based cognitive behavior therapy for distress associated with tinnitus.Psychosom Med 2002 Sep-Oct;64(5):810-6.

6. Langguth B, Hajak G et al. Repetitive transcranial magnetic stimulation and chronic tinnitus.

Acta Otolaryngol Suppl. 2006 Dec;(556):102-5. Review.

7. Maudoux A, Bonnet S, et al. Ericksonian hypnosis in tinnitus therapy. B-ENT. 2007;3 Suppl 7:75-7.

8. Ross UH, Lange O, et al. Ericksonian hypnosis in tinnitus therapy: effects of a 28-day inpatient multimodal treatment concept measured by Tinnitus-Questionnaire and Health Survey SF-36. Eur Arch Otorhinolaryngol. 2007 May;264(5):483-8. Erratum in: Eur Arch Otorhinolaryngol. 2007 May;264(5):573-4.

9. Mason JD, Rogerson DR, Butler JD. Client centred hypnotherapy in the management of tinnitus--is it better than counselling?J Laryngol Otol. 1996 Feb;110(2):117-20.

10. Attias J, Shemesh Z, et al. Comparison between self-hypnosis, masking and attentiveness for alleviation of chronic tinnitus. Audiology. 1993 May-Jun;32(3):205-12.

11. Attias J, Shemesh Z, et al. Efficacy of self-hypnosis for tinnitus relief. Scand Audiol. 1990;19(4):245-9.

12. NJ, Karl H, Onisiphorou C. A controlled trial of hypnotherapy in tinnitus. Clin Otolaryngol Allied Sci. 1985 Feb;10(1):43-6.

13. Rosenberg SI, Silverstein H, et al. Effect of melatonin on tinnitus.Laryngoscope 1998 Mar;108(3):305-10.

14. Megwalu UC, Finnell JE, Piccirillo JF. The effects of melatonin on tinnitus and sleep. Otolaryngol Head Neck Surg. 2006 Feb;134(2):210-3.

15. Lopez-Gonzalez MA, Santiago AM, Esteban-Ortega F. Sulpiride and melatonin decrease tinnitus perception modulating the auditolimbic dopaminergic pathway. J Otolaryngol. 2007 Aug;36(4):213-9.

16. Coelho CB, Tyler R, Hansen M. Zinc as a possible treatment for tinnitus. Prog Brain Res. 2007;166:279-85. Review.

17. Arda HN, Tuncel U, et al. The role of zinc in the treatment of tinnitus.Otol Neurotol 2003 Jan;24(1):86-9.

18. Ochi K, Kinoshita H, et al. Zinc deficiency and tinnitus.Auris Nasus Larynx 2003 Feb;30 Suppl:25-8.

19. Yetiser S, Tosun F, et al. The role of zinc in management of tinnitus.Auris Nasus Larynx2002 Oct;29(4):329-33.

20. Paaske PB, Pedersen CB, et al. [Zinc therapy of tinnitus. A placebo-controlled study]. [Article en danois, résumé en anglais]. Ugeskr Laeger 1990 Aug 27;152(35):2473-5.

21. Smith PF, Zheng Y, Darlington CL. Ginkgo biloba extracts for tinnitus: More hype than hope?J Ethnopharmacol. 2005 Aug 22;100(1-2):95-9. Review.

22. Rejali D, Sivakumar A, Balaji N. Ginkgo biloba does not benefit patients with tinnitus: a randomized placebo-controlled double-blind trial and meta-analysis of randomized trials. Clin Otolaryngol Allied Sci. 2004 Jun;29(3):226-31.

23. Hilton M, Stuart E. Ginkgo biloba for tinnitus. Cochrane Database Syst Rev. 2004;(2):CD003852. Review.

24. Park J, White AR, Ernst E. Efficacy of acupuncture as a treatment for tinnitus: a systematic review.Arch Otolaryngol Head Neck Surg 2000 Apr;126(4):489-92.

25. Birch S, Hesselink JK, et al. Clinical research on acupuncture: part 1. What have reviews of the efficacy and safety of acupuncture told us so far?J Altern Complement Med. Jun 2004;10(3):468-480.

26. Tan KQ, Zhang C, et al. [Comparative study on therapeutic effects of acupuncture, Chinese herbs and Western medicine on nervous tinnitus] Zhongguo Zhen Jiu. 2007 Apr;27(4):249-51. Chinese.

27. Okada DM, Onishi ET, et al. [Acupuncture for tinnitus immediate relief] Rev Bras Otorrinolaringol (Engl Ed). 2006 Mar-Apr;72(2):182-6. Portuguese.

28. Jackson A, MacPherson H, Hahn S. Acupuncture for tinnitus: a series of six n = 1 controlled trials. Complement Ther Med. 2006 Mar;14(1):39-46.

29. Tinnitus: etiology, classification, characteristics, and treatment. Chan Y. Discov Med. 2009 Oct;8(42):133-6. Review.

30. Cognitive behavioural therapy for tinnitus. Martinez-Devesa P, Perera R, Theodoulou M, Waddell A. Cochrane Database Syst Rev. 2010 Sep 8;(9):CD005233. Review.

31. Tinnitus Retraining Therapy (TRT) for tinnitus. Phillips JS, McFerran D. Cochrane Database Syst Rev. 2010 Mar 17;(3):CD007330. Review.

32. Psychophysiological effects of biofeedback treatment in tinnitus sufferers. Heinecke K, Weise C, Rief W. Br J Clin Psychol. 2009 Sep;48(Pt 3):223-39. Epub 2008 Dec 10.

33. Neurofeedback for treating tinnitus. Dohrmann K, Weisz N, et al. Prog Brain Res. 2007;166:473-85.

34. [Neurofeedback-based EEG alpha and EEG beta training. Effectiveness in patients with chronically decompensated tinnitus]. Schenk S, Lamm K, et al. HNO. 2005 Jan;53(1):29-37.

35. Biofeedback-based behavioral treatment for chronic tinnitus: results of a randomized controlled trial. Weise C, Heinecke K, Rief W. J Consult Clin Psychol. 2008 Dec;76(6):1046-57.

36. Clinical hypnosis for the alleviation of tinnitus. Cope TE. Int Tinnitus J. 2008;14(2):135-8.

37. Treatment of central and sensorineural tinnitus with orally administered Melatonin and Sulodexide: personal experience from a randomized controlled study. Neri G, De Stefano A, Baffa C, et al. Acta Otorhinolaryngol Ital. 2009 Apr;29(2):86-91.

Shmuel Haggaï 01 01 2018